La méthode XRF pour le diagnostic plomb : avantages et inconvénients

Diagnostic immobilier Angers

Le diagnostic plomb est un examen obligatoire pour tout bien immobilier construit avant 1949 en France. L’objectif de ce diagnostic est de détecter la présence de plomb dans les peintures et les revêtements du bien immobilier afin de protéger la santé des occupants. La méthode la plus courante pour réaliser ce diagnostic est l’utilisation d’un analyseur de plomb, tel que la fluorescence des rayons X (XRF).

La XRF est une technique de mesure de la concentration de plomb dans les matériaux. Elle consiste à projeter des rayons X sur la surface du matériau à tester, ce qui provoque l’émission de rayons X fluorescents. Ces rayons sont ensuite détectés et analysés pour déterminer la concentration de plomb présente dans le matériau.

 

Avantages de la XRF pour les diagnostics plomb :

  • Rapidité : La XRF permet de réaliser des analyses rapides, ce qui est particulièrement avantageux pour les biens immobiliers de grande taille.
  • Non-invasive : Contrairement à d’autres méthodes d’analyse, la XRF est non-invasive et ne nécessite pas de préparation préalable de la surface à tester.
  • Précision : La XRF permet de détecter la présence de plomb à des niveaux très faibles, ce qui assure un diagnostic précis.
  • Fiabilité : La XRF est une méthode de mesure éprouvée et fiable, utilisée par de nombreux professionnels du diagnostic.

Inconvénients de la XRF pour les diagnostics plomb :

  • Limitations : La XRF ne permet pas de détecter la présence de plomb en profondeur, c’est-à-dire à plus de quelques millimètres de profondeur. Elle est donc moins adaptée aux matériaux poreux ou à structure complexe.
  • Interférences : La XRF peut être affectée par la présence d’autres métaux dans les matériaux testés, ce qui peut entraîner des résultats faussés.
  • Coût : Les analyseurs de plomb utilisant la XRF sont relativement coûteux, ce qui peut se répercuter sur le coût du diagnostic.

 

Malgré ses quelques inconvénients, la XRF reste une méthode de diagnostic plomb largement utilisée en raison de ses nombreux avantages. Toutefois, il est important de faire appel à des professionnels du diagnostic qualifiés pour s’assurer de l’exactitude des résultats et de la sécurité des occupants.

Combien de temps faut-il pour faire un diagnostic immobilier ?

Diagnostic immobilier

En quête du temps perdu

Chers lecteurs, vous voilà à la recherche de réponses sur le temps que nécessite un diagnostic immobilier. C’est une question légitime, car lorsqu’on se lance dans la vente ou la location d’un bien, on voudrait bien que tout soit réglé au plus vite. Mais permettez-moi de vous emmener dans un petit voyage où le temps s’étire, se déforme et nous échappe parfois.

Une affaire de spécialistes

Tout d’abord, il est essentiel de comprendre que le diagnostic immobilier est une affaire de spécialistes. Ces experts, tels des horlogers minutieux, scrutent votre propriété dans les moindres détails pour établir un état des lieux complet. Ils inspectent les installations électriques, les systèmes de chauffage, les diagnostics de performance énergétique, et bien d’autres choses encore.

diagnostic immobilier Angers

Le temps est relatif

Maintenant, abordons la question qui vous brûle les lèvres : combien de temps faut-il pour effectuer un diagnostic immobilier ? Eh bien, il n’y a malheureusement pas de réponse définitive à cette question. Le temps varie en fonction de nombreux facteurs, tels que la taille du bien, son état, les équipements à inspecter, et bien sûr, la disponibilité des experts.

Une course contre la montre

Imaginez-vous, chers lecteurs, dans une course effrénée contre la montre. Vous avez signé un contrat de vente et vous voulez que le diagnostic soit fait au plus vite. Mais voilà, les experts sont débordés, et vous vous retrouvez à attendre patiemment, impatients, le verdict qui décidera du sort de votre bien.

Le temps des méandres administratifs

Et comme si cela ne suffisait pas, une fois que le diagnostic est effectué, il doit être consigné dans un rapport officiel. Ce rapport, tel un vieux grimoire, doit respecter des normes précises et être remis aux autorités compétentes. Encore une étape qui ajoute une couche de lenteur à ce processus déjà bien étiré dans le temps.

Patience est mère de toutes les vertus

Alors, chers lecteurs, combien de temps faut-il pour faire un diagnostic immobilier ? On pourrait répondre avec une pointe d’ironie : « Combien de temps faut-il pour décrocher la lune ? » Car le temps est un adversaire insaisissable dans ce domaine. La clé est d’être patient, de prévoir des délais raisonnables et de se rappeler que ce processus est nécessaire pour garantir la sécurité et la transparence dans les transactions immobilières.

Ainsi, je vous exhorte à garder votre calme et à faire preuve de patience. Les experts feront de leur mieux pour réaliser le diagnostic dans les meilleurs délais. Et souvenez-vous, chers lecteurs, que cette attente peut être une opportunité de peaufiner les détails de votre projet immobilier, car après tout, Rome ne s’est pas construite en un jour.

L’attestation RGA : la clé de voûte pour la tranquillité d’esprit dans votre projet immobilier !

Chers lecteurs, vous avez entendu parler de cette mystérieuse attestation RGA et vous vous demandez probablement ce que cela signifie. Eh bien, laissez-moi vous éclairer sur ce sujet intrigant et vous aider à naviguer à travers ses méandres.

Imaginez l’attestation RGA comme une carte au trésor qui vous guide vers la sécurité et la sérénité dans votre projet immobilier. Elle est là pour vous protéger des surprises désagréables qui pourraient surgir lors de l’achat, de la vente ou de la location d’un bien. Comme des explorateurs avisés, vous ne voudriez certainement pas vous aventurer dans les méandres immobiliers sans cette précieuse attestation.

Alors, qu’est-ce que l’attestation RGA ? C’est une pièce essentielle qui atteste que le bien immobilier en question n’est pas situé dans une zone à risques. Cela peut sembler anodin, mais imaginez-vous acheter une maison seulement pour découvrir plus tard qu’elle est perchée sur une faille géologique ou qu’elle se trouve dans une zone inondable. L’attestation RGA vous offre une tranquillité d’esprit en confirmant que le bien est situé dans une zone sûre et sans surprises.

Maintenant, laissez-moi partager une petite anecdote personnelle pour illustrer l’importance de cette attestation. Il y a quelques années, j’ai été témoin d’une situation désagréable où des amis avaient acheté une charmante maison, seulement pour découvrir qu’elle était située dans une zone sujette aux glissements de terrain. Ils ont dû faire face à d’importants travaux de stabilisation du sol, ce qui a engendré des dépenses imprévues et un stress considérable. Si seulement ils avaient été informés de l’importance de l’attestation RGA à l’époque !

Maintenant que vous comprenez l’importance de l’attestation RGA, vous vous demandez peut-être comment l’obtenir. Eh bien, c’est assez simple ! Il suffit de faire appel à un professionnel qualifié, tel qu’un géomètre, qui réalisera les études nécessaires pour délivrer cette attestation. Une fois que vous la possédez, vous pouvez avancer sereinement dans votre projet immobilier, en sachant que vous avez pris toutes les précautions nécessaires.

En conclusion, chers lecteurs, l’attestation RGA est bien plus qu’un simple bout de papier. C’est votre bouclier de protection contre les surprises indésirables dans le monde complexe de l’immobilier. Ne sous-estimez pas son importance et assurez-vous de l’obtenir lors de votre prochain projet.

Les diagnostics immobiliers et la location saisonnière

Lorsqu’on souhaite louer un bien immobilier en location saisonnière, il est important de prendre en compte les obligations légales en matière de diagnostics immobiliers. En effet, ces derniers ont pour objectif de garantir la sécurité des locataires et de les informer sur l’état du bien loué.

 

Quels sont les diagnostics obligatoires pour une location saisonnière ?

Tout d’abord, il convient de noter que les diagnostics obligatoires pour une location saisonnière sont les mêmes que pour une location classique. Ainsi, le propriétaire doit fournir au locataire un certain nombre de diagnostics, notamment :

  • Le diagnostic de performance énergétique (DPE) : ce diagnostic permet d’informer sur la consommation énergétique du bien loué. Il doit être réalisé avant la mise en location et doit être affiché dans l’annonce de location.
  • Le diagnostic électrique : ce diagnostic permet de vérifier l’état des installations électriques du logement. Il doit être réalisé si l’installation électrique a plus de 15 ans et doit être renouvelé tous les 6 ans.
  • Le diagnostic gaz : ce diagnostic permet de vérifier l’état des installations de gaz du logement. Il doit être réalisé si l’installation de gaz a plus de 15 ans et doit être renouvelé tous les 6 ans.
  • Le diagnostic amiante : ce diagnostic permet de vérifier la présence d’amiante dans le logement. Il est obligatoire si le bien a été construit avant le 1er juillet 1997.
  • Le diagnostic plomb : ce diagnostic permet de vérifier la présence de plomb dans le logement. Il est obligatoire si le bien a été construit avant le 1er janvier 1949.

Comment s’y conformer et garantir la sécurité des locataires ?

Pour se conformer à ces obligations légales, il est recommandé de faire appel à un professionnel certifié pour réaliser les diagnostics immobiliers. Ce dernier pourra réaliser les différents diagnostics obligatoires et remettre un rapport de diagnostic au propriétaire.

Il est également important de veiller à ce que les équipements du logement soient conformes aux normes de sécurité en vigueur. Ainsi, le propriétaire doit s’assurer que les installations électriques et de gaz sont aux normes et que les équipements de sécurité (détecteurs de fumée, extincteurs…) sont en bon état de fonctionnement.

Enfin, le propriétaire doit également veiller à ce que les locataires soient informés des risques éventuels liés au logement (présence d’amiante, plomb…). Il est recommandé d’afficher les différents diagnostics réalisés dans le logement pour informer les locataires.

 

En conclusion, les diagnostics immobiliers sont une étape importante dans la location saisonnière d’un bien immobilier. Ils permettent de garantir la sécurité des locataires et d’informer sur l’état du logement. Pour se conformer aux obligations légales, il est recommandé de faire appel à un professionnel certifié pour réaliser les diagnostics immobiliers et de veiller à ce que les équipements du logement soient aux normes de sécurité en vigueur.

Les erreurs dans les diagnostics immobiliers

Diagnostic immobilier Angers

Lors de la vente ou de la location d’un bien immobilier, un diagnostic immobilier est souvent réalisé pour évaluer l’état du bien et détecter les éventuelles anomalies ou risques. Cependant, il peut arriver que des erreurs soient commises lors de la réalisation de ces diagnostics, ce qui peut avoir des conséquences importantes pour les acheteurs ou les locataires. Dans cet article, nous aborderons les recours possibles en cas d’erreur de diagnostic immobilier et comment agir.

Quelles sont les erreurs les plus fréquentes dans les diagnostics immobiliers ?

Les erreurs les plus fréquentes dans les diagnostics immobiliers concernent souvent le diagnostic de performance énergétique (DPE), le diagnostic termites, le diagnostic amiante, le diagnostic plomb et le diagnostic électrique. Les erreurs peuvent être liées à des éléments manquants, à des informations erronées ou incomplètes, ou à des interprétations incorrectes des résultats des tests.

Quels sont les recours possibles en cas d’erreur de diagnostic immobilier ?

Si vous êtes victime d’une erreur de diagnostic immobilier, vous disposez de plusieurs recours possibles, notamment :

  1. Demander la rectification du diagnostic : vous pouvez contacter le diagnostiqueur immobilier pour lui demander de corriger l’erreur dans le diagnostic.
  2. Demander une indemnisation : si l’erreur dans le diagnostic immobilier vous a causé un préjudice financier ou moral, vous pouvez demander une indemnisation au diagnostiqueur immobilier. Si ce dernier refuse, vous pouvez saisir la justice.
  3. Demander l’annulation de la vente ou de la location : si l’erreur dans le diagnostic immobilier est suffisamment importante, vous pouvez demander l’annulation de la vente ou de la location.

Comment agir en cas d’erreur de diagnostic immobilier ?

Si vous découvrez une erreur dans le diagnostic immobilier, il est important d’agir rapidement pour minimiser les conséquences. Voici les étapes à suivre :

  1. Prendre contact avec le diagnostiqueur immobilier : dans un premier temps, vous pouvez prendre contact avec le diagnostiqueur immobilier pour lui signaler l’erreur et lui demander de rectifier le diagnostic.
  2. Prendre des photos et des notes : il est important de prendre des photos et des notes détaillées de l’erreur pour pouvoir les présenter à l’appui de votre demande de rectification ou d’indemnisation.
  3. Contacter un avocat : si la demande de rectification ou d’indemnisation auprès du diagnostiqueur immobilier n’aboutit pas, vous pouvez contacter un avocat spécialisé dans le droit immobilier pour vous aider à faire valoir vos droits.

 

En conclusion, une erreur dans le diagnostic immobilier peut avoir des conséquences importantes pour les acheteurs ou les locataires. Il est donc important de savoir quels sont les recours possibles et comment agir en cas d’erreur de diagnostic immobilier. Si vous découvrez une erreur, n’hésitez pas à contacter rapidement le diagnostiqueur immobilier pour lui demander de rectifier l’erreur ou à contacter un avocat spécialisé dans le droit immobilier pour vous aider à faire valoir vos droits.

Diagnostic Termites : que se passe-t-il si une maison est infestée par les termites ?

termites article

Le diagnostic termites est un examen obligatoire pour toute vente immobilière dans les zones déclarées à risque par arrêté préfectoral. Cet examen vise à détecter la présence de termites dans le bien immobilier et à informer l’acheteur sur les risques éventuels qu’il présente. Mais que se passe-t-il si la maison est infestée par les termites ? Peut-on la vendre malgré tout ? Cet article va répondre à cette question.

Le diagnostic termites : qu’est-ce que c’est ?

Le diagnostic termites est un examen visuel du bien immobilier, réalisé par un diagnostiqueur immobilier certifié. Il vise à détecter la présence de termites et d’autres insectes xylophages, ainsi que les dégâts éventuels qu’ils ont causés. Le diagnostiqueur évalue également le niveau de risque pour le bien et informe le vendeur et l’acheteur des mesures de prévention à prendre.

Peut-on vendre une maison infestée par les termites ?

En principe, la vente d’une maison infestée par les termites est interdite. En effet, la présence de termites peut causer des dégâts importants à la structure de la maison, la rendant potentiellement dangereuse pour les occupants. De plus, la vente d’un bien infesté par les termites est considérée comme une tromperie envers l’acheteur, car il est obligatoire de fournir un diagnostic termites avant la vente.

Si la présence de termites est avérée, il est donc nécessaire de traiter le bien avant de le vendre. Le traitement doit être effectué par une entreprise spécialisée et doit être accompagné d’un nouveau diagnostic termites pour attester de l’absence de termites après le traitement. Cette étape est obligatoire pour la vente du bien.

Conséquences pour le vendeur et l’acheteur

Si le vendeur vend une maison infestée par les termites sans avoir effectué le traitement obligatoire, il peut être poursuivi en justice pour vice caché. L’acheteur peut demander la résolution de la vente, une indemnisation pour les dommages subis, ainsi que le remboursement des frais de traitement.

De son côté, l’acheteur doit être vigilant et ne pas hésiter à faire réaliser un nouveau diagnostic termites après le traitement. En effet, il peut arriver que le traitement ne soit pas efficace ou que des termites réapparaissent plus tard.

En conclusion, la vente d’une maison infestée par les termites est interdite. Si la présence de termites est avérée, il est obligatoire de traiter le bien avant de le vendre et de fournir un nouveau diagnostic termites attestant de l’absence de termites. Le non-respect de ces obligations peut entraîner des conséquences graves pour le vendeur et l’acheteur. Il est donc important de faire appel à des professionnels compétents pour réaliser le diagnostic termites et le traitement si nécessaire.

Les conséquences d’un diagnostic immobilier erroné

article DPE

Le diagnostic immobilier est un examen obligatoire pour toute vente immobilière, visant à informer l’acheteur sur l’état du bien et les risques éventuels qu’il présente. Cependant, il peut arriver que ce diagnostic soit erroné, ce qui peut entraîner de graves conséquences pour les parties concernées. Dans cet article, nous allons examiner les conséquences d’un diagnostic immobilier erroné pour le vendeur et l’acheteur.

Les conséquences pour le vendeur

Si le diagnostic immobilier est erroné, le vendeur peut être tenu responsable des dommages causés à l’acheteur. Il peut être poursuivi en justice pour vice caché, car il est considéré comme ayant dissimulé des informations importantes sur l’état du bien. En conséquence, le vendeur peut être contraint de payer des indemnités à l’acheteur pour les dommages subis, ainsi que pour les frais de réparation.

Le vendeur peut également faire face à des sanctions administratives et pénales pour avoir fourni un diagnostic immobilier erroné. Dans certains cas, le vendeur peut être condamné à payer une amende et être interdit de vendre des biens immobiliers à l’avenir.

Les conséquences pour l’acheteur

Si le diagnostic immobilier est erroné, l’acheteur peut être confronté à des risques pour sa santé et sa sécurité. Par exemple, si le diagnostic ne mentionne pas la présence d’amiante dans le bien, l’acheteur peut être exposé à des risques pour sa santé. De même, si le diagnostic ne signale pas la présence de fuites de gaz ou d’électricité, l’acheteur peut être exposé à des risques d’incendie ou d’explosion.

En cas de diagnostic immobilier erroné, l’acheteur peut demander une réduction du prix de vente ou l’annulation de la vente. Il peut également poursuivre le vendeur en justice pour obtenir des indemnités pour les dommages subis.

 

En conclusion, un diagnostic immobilier erroné peut avoir des conséquences graves pour le vendeur et l’acheteur. Le vendeur peut être tenu responsable des dommages causés à l’acheteur et peut faire face à des sanctions administratives et pénales. L’acheteur peut être exposé à des risques pour sa santé et sa sécurité et peut demander une réduction du prix de vente ou l’annulation de la vente. Il est donc important de faire appel à des professionnels compétents pour réaliser un diagnostic immobilier fiable et précis.

Les outils et techniques des diagnostiqueurs immobiliers

Diagnostic immobilier Angers

La performance énergétique des logements est un enjeu majeur pour les propriétaires immobiliers souhaitant réduire leur consommation d’énergie et leur facture énergétique. Pour mesurer cette performance énergétique, les diagnostiqueurs immobiliers utilisent une variété d’outils et de techniques. Dans cet article, nous allons décrire les principaux outils et techniques utilisés par les diagnostiqueurs immobiliers pour mesurer la performance énergétique des logements.

Le thermomètre infrarouge

Le thermomètre infrarouge est un outil couramment utilisé par les diagnostiqueurs immobiliers pour mesurer la température de surface des murs, des fenêtres et des portes. Cet outil permet de détecter les ponts thermiques, les zones de déperdition de chaleur et les défauts d’isolation.

La caméra thermique

La caméra thermique est un outil de mesure utilisé pour mesurer la température de surface des objets à distance. Cette technique permet de visualiser les différences de température à l’intérieur d’un bâtiment, ce qui aide à identifier les zones de déperdition de chaleur et les défauts d’isolation.

Le blower door

Le blower door est un outil utilisé pour tester l’étanchéité à l’air des bâtiments. Cette technique consiste à placer un ventilateur dans une porte ou une fenêtre du bâtiment, puis à mesurer la pression d’air à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment. Cette mesure permet de détecter les fuites d’air et les pertes d’énergie associées.

Le test d’infiltrométrie

Le test d’infiltrométrie est une technique utilisée pour mesurer le taux de renouvellement d’air dans un bâtiment. Cette mesure permet de détecter les fuites d’air et les pertes d’énergie associées. Cette technique est souvent utilisée conjointement avec le blower door.

Le détecteur de monoxyde de carbone

Le détecteur de monoxyde de carbone est un outil utilisé pour mesurer la présence de monoxyde de carbone dans l’air. Cette mesure permet de détecter les défauts de combustion dans les systèmes de chauffage et de prévenir les risques d’intoxication au monoxyde de carbone.

En conclusion, les diagnostiqueurs immobiliers utilisent une variété d’outils et de techniques pour mesurer la performance énergétique des logements. Les outils les plus couramment utilisés incluent le thermomètre infrarouge, la caméra thermique, le blower door, le test d’infiltrométrie et le détecteur de monoxyde de carbone. Ces outils et techniques permettent aux diagnostiqueurs immobiliers de détecter les défauts d’isolation, les fuites d’air et les pertes d’énergie associées, ce qui permet aux propriétaires de réduire leur consommation d’énergie et leur facture énergétique.

Combien coûte un diagnostic immobilier ?

Diagnostic immobilier Angers

Si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier ou si vous envisagez d’en acheter un, vous aurez probablement besoin de réaliser un diagnostic immobilier. Un diagnostic immobilier est un ensemble d’examens et de vérifications effectués par un professionnel pour évaluer les risques et les défauts d’un bâtiment. Dans cet article, nous allons vous présenter les différents diagnostics immobiliers et leurs coûts approximatifs.

Diagnostic de performance énergétique (DPE)

Le DPE évalue la consommation d’énergie d’un bâtiment et son impact sur l’environnement. Il est obligatoire pour toute vente ou location d’un bien immobilier. Le coût d’un DPE varie en fonction de la taille du bâtiment et de la complexité de l’analyse, mais en moyenne il coûte entre 100€ et 250€.

Diagnostic termites

Le diagnostic termites est obligatoire dans certaines régions où les termites sont présents. Il vise à détecter la présence de ces insectes dans le bâtiment et dans les environs. Le coût moyen d’un diagnostic termites est d’environ 100€ à 150€.

Diagnostic plomb

Le diagnostic plomb est obligatoire pour les bâtiments construits avant 1949. Il vise à détecter la présence de plomb dans les peintures et les revêtements. Le coût moyen d’un diagnostic plomb est d’environ 150€ à 250€.

Diagnostic amiante

Le diagnostic amiante est obligatoire pour les bâtiments construits avant 1997. Il vise à détecter la présence de matériaux contenant de l’amiante. Le coût moyen d’un diagnostic amiante est d’environ 150€ à 300€.

Diagnostic gaz

Le diagnostic gaz est obligatoire pour les bâtiments équipés d’une installation de gaz de plus de 15 ans. Il vise à vérifier la sécurité de l’installation de gaz. Le coût moyen d’un diagnostic gaz est d’environ 100€ à 150€.

Diagnostic électricité

Le diagnostic électricité est obligatoire pour les bâtiments équipés d’une installation électrique de plus de 15 ans. Il vise à vérifier la sécurité de l’installation électrique. Le coût moyen d’un diagnostic électricité est d’environ 100€ à 200€.

En conclusion, les coûts des différents diagnostics immobiliers varient en fonction de la taille du bâtiment, de l’emplacement géographique et de la complexité de l’analyse. Il est important de prendre en compte ces coûts dans votre budget immobilier, car ils sont obligatoires pour vendre ou louer un bien immobilier en toute sécurité. N’hésitez pas à demander des devis à plusieurs professionnels pour trouver le meilleur rapport qualité-prix.

Origine et historique des diagnostics immobiliers

diag immo angers

Les diagnostics immobiliers sont des rapports techniques qui permettent d’évaluer l’état d’un bien immobilier. Ces rapports sont souvent réalisés lors de la vente ou de la location d’un bien immobilier, afin d’informer les futurs occupants sur les risques éventuels et les performances énergétiques du bien. Mais quelle est l’origine de ces diagnostics immobiliers ?

L’origine des diagnostics immobiliers remonte à la loi Carrez de 1996, qui obligeait les propriétaires à mesurer la surface des biens immobiliers vendus en copropriété. Cette loi avait pour objectif de protéger les acquéreurs en leur garantissant la surface exacte du bien acheté. Par la suite, d’autres lois ont été mises en place, imposant de nouveaux diagnostics immobiliers.

En 2002, la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbains) a imposé le diagnostic de performance énergétique (DPE), qui évalue la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre d’un bien immobilier. Cette mesure avait pour objectif de sensibiliser les propriétaires et les futurs occupants à la consommation d’énergie des bâtiments et de favoriser l’amélioration de leur performance énergétique.

En 2006, la loi ENL (Engagement National pour le Logement) a instauré de nouveaux diagnostics immobiliers, tels que le diagnostic amiante, qui vise à détecter la présence de matériaux contenant de l’amiante dans le bien immobilier, et le diagnostic plomb, qui permet de vérifier la présence de plomb dans les peintures anciennes.

Enfin, en 2011, la loi Grenelle 2 a renforcé les obligations en matière de diagnostics immobiliers en ajoutant de nouveaux diagnostics obligatoires, tels que le diagnostic termites, qui permet de détecter la présence de termites dans le bien immobilier, et le diagnostic gaz